La naissance

A la fin de la guerre de 1870, l'Alsace passait sous domination prussienne, sauf la ville de Belfort qui restait Française après une résistance héroïque face aux assauts ennemis. Ce fait d'armes est commémoré par le fameux Lion de Belfort, sculpté par Bartholdi.

Après la défaite de 1870, de nombreuses entreprises Alsaciennes vinrent s'installer dans la région de Belfort, pour fuir l'occupation Prussienne de leur province.  C'est ainsi que la filature Mulhousienne Schwartz & Cie s'implanta à Valdoie.

En 1882, le directeur de cette filature eut l'idée de créer une société de musique " pour occuper sainement les loisirs de ses ouvriers". La "Fanfare du Valdoie" était née.

      Les premières années, plusieurs chefs se succédèrent à sa tête. En 1884, elle participait à son premier concours, à Besançon. Elle était alors classée en 3ème division. Dans les années suivantes, de nombreux concours, dont Nimes en 1911 et Luxeuil en 1912 devaient hisser la fanfare à un niveau remarquable et envié dans la région.

blasonp.jpg

De Fanfare à Harmonie

 Après une mise en sommeil forcée pendant la première guerre mondiale, la fanfare devait hélas repartir à zéro

 Monsieur Moraveck, directeur de 1906 à 1935, eut bien du mérite à essayer de reconstruire la société qu'il avait laissée en pleine gloire en 1914. L'entre-deux-guerres fut une période difficile. Deux faits importants dans l'évolution de la société sont cependant à signaler :

- En janvier 1926, la petite fanfare d'usine devint Fanfare municipale.      

- Monsieur Fuchs, qui tint la baguette de 1937 à 1948, transforma la fanfare en Harmonie par l'apport de flûtes, clarinettes et hautbois.         fanfare1935p.jpg

 

Musique Municipale

Le terme de "Fanfare" fut définitivement abandonné en 1946, pour une nouvelle appellation : Musique Municipale de Valdoie.

      A la rentrée d'octobre 1949 arriva au pupitre de directeur Joseph Zemp, un jeune musicien doué, originaire de Belfort. Il fit progresser l'harmonie de façon spectaculaire au cours des 5 années qui suivirent. Sa grande renommée lui permit d'être appelé à prendre la direction d'une société plus importante à Belfort. En 1954, il quitta donc Valdoie, laissant la place à son frère cadet André.

      Excellent musicien, compositeur prolifique et pédagogue avisé, André Zemp ne cessa de faire monter l'harmonie en puissance. Dès son arrivée, il créa une école de musique digne de ce nom, qui ne tarda pas à porter ses fruits.

      Il restera à la direction de l'école de musique et de l'harmonie avec toujours le même entrain et la même détermination pendant 35 années !

zempp-1.jpg

 

L'ère moderne

André Zemp prit sa retraite en 1989.

le nouveau directeur Christian Herzog et le nouveau président Jacques Lanquetin métamorphosèrent la société. (nouveau répertoire des harmonies d'aujourd'hui, élargissement de la palette orchestrale,etc…). Dominique Charniguet, vice-président, les rejoindra très vite. Il fut l'instigateur des "concerts spectacles", qui resteront une spécialité de l'harmonie valdoyenne pendant de nombreuses années.       

En septembre 1998, nouveau pas en avant avec l'embauche d'un directeur professionnel pour l'école de musique et l'harmonie, Alain Chaton.

En 2001, la Communauté de l'Agglomération Belfortaine  prend en charge la gestion des écoles de musique. L'Harmonie doit à regret se séparer de son école, qui devient communautaire. Mais il est convenu qu'elle continuera d'alimenter les rangs de l'harmonie de Valdoie.

En juin 2008, départ du directeur. Son successeur Miguel Etchegoncelay prend ses fonctions à la rentrée de septembre 2009. D'origine Argentine, ce passionné de direction d'orchestres à vents a très vite fait l'unanimité auprès des musiciens Valdoyens, de part ses qualités musicales…et humaines. L'harmonie est entre bonnes mains, une nouvelle et formidable aventure musicale a commencé !

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

presentation-oh2v-2013.pdf presentation-oh2v-2013.pdf